Aller au contenu

L'énergie est la question d'avenir
pour l'humanité et la planète

Le but de Naarea est de rendre compatible le développement continu des activités humaines avec la protection de l’héritage et du patrimoine de l’humanité que constitue le climat de notre planète. Cette finalité dépend directement de l’énergie. L’atteinte des 17 Objectifs de Développement Durable de l’Agenda 2030 des Nations Unies est une nécessité absolue pour l’humanité (éradiquer la pauvreté, protéger la planète, garantir la prospérité).

Que faisons-nous

Deep tech française, Naarea agit sans compromis pour répondre à l’impasse énergétique à laquelle le monde fait face. En proposant une solution inédite, décarbonée, non intermittente et accessible à tous à partir du recyclage des matières radioactives usagées et de l’amélioration de la fermeture du cycle du combustible, Naarea permet aux territoires et aux acteurs économiques de contribuer activement aux objectifs de neutralité carbone. Son projet repose sur trois piliers : un constat d’urgence, une réponse technologique et éthique inédite, et une ambition d’abondance partagée.

Comment faisons-nous

Pionnier du micro-nucléaire de quatrième génération, inventeur du XSMR (Extra Small Modular Reactor) / XAMR (Extra Advanced Modular Reactor) à sels fondus, Naarea contribue au développement d’une écologie citoyenne et stimulante, pensée pour apporter l’électricité à tous, accroître la résilience des territoires, réformer l’économie, susciter de nouvelles générations d’entrepreneurs et élargir le champ des possibles.

Notre vision

Une mutation majeure est nécessaire pour protéger notre planète. Seule une énergie décarbonée, non intermittente et accessible à tous permettra d’atteindre les 17 objectifs de développement durable.

Notre mission

Apporter à celles et ceux qui en ont le plus besoin une énergie illimitée et écologique pour atteindre ensemble une abondance juste et partagée afin de construire un universel possible.

Notre ambition :

  • Apporter l’énergie au plus près de ceux qui en manquent. C’est un besoin universel.
  • Répondre au trilemme énergétique du Conseil Mondial de l’Énergie (énergie sûre, économique et propre).
  • Mettre fin au prélèvement des ressources naturelles à des fins de production énergétique.

Notre raison d’être :

Le climat est notre patrimoine. Pour protéger notre planète et notre espèce, seule une mutation majeure permettra de sortir de l’impasse énergétique, réaliser la transition écologique à l’échelle collective et atteindre une abondance juste et partagée. Le principal vecteur pour y parvenir et construire un futur durable est une énergie décarbonée et accessible à tous. Confiant cette mutation à la collectivité, Naarea mobilise les consciences autour de cet idéal équitable, avec une extrême conscience de sa responsabilité.

Notre engagement : L’Énergie propre

C’est le levier transversal et universel des 17 Objectifs de Développement Durable, son impact sur le climat est majeur avec 73 % des émissions de CO2 (source GIEC). Si l’énergie devient décarbonée, propre, décentralisée, abordable, abondante, autonome, illimitée, alors elle devient un accélérateur vertueux des 17 Objectifs de Développement Durable.

Mobiliser et conjuguer nos énergies

Fondateurs

Jean-Luc Alexandre

Diplômé de Centrale-Supelec’92 et de l’INSEAD, a fait sa carrière dans l'ingénierie et la construction et l’exploitation de systèmes industriels complexes et d’infrastructures au sein de grands groupes français : Spie Batignolles, Alstom, et Suez. 15 ans d’expatriation ont apporté à cet entrepreneur une profonde connaissance de l’international. Il a su développer une capacité de management de grands projets complexes avec des contraintes de temps serrées. Son parcours professionnel est empreint de la volonté constante de répondre concrètement aux impératifs posés par les objectifs de développement durable.

Ivan Gavriloff

Diplômé de l'école polytechnique, fondateur de KAOS Consulting en 1986. Entrepreneur, il est un expert de la créativité et de l'innovation. Son savoir-faire permet de faire émerger des solutions innovantes grâce à des méthodes d’intelligence collective, éprouvées auprès de 1000 clients dont toutes les entreprises du CAC40. Il enseigne le "Penser autrement" depuis 2012 au sein de plusieurs organismes de formation dont le Centre des Hautes Études Militaires (CHEM).

Experts scientifiques et énergie

Daniel Heuer

Directeur de recherche au Laboratoire de Physique Subatomique et de Cosmologie de Grenoble (LPSC - IN2P3 - CNRS). Ancien responsable du projet MSFR. Spécialiste du nucléaire de génération IV, spécialiste des réacteurs à sels fondus et de la filière thorium.

Joël Guidez

Conseiller scientifique du CEA, spécialiste des réacteurs de quatrième génération, co-rédacteur du rapport sur les MSR en France, ancien responsable de Super Phénix, Phénix, Osiris, et HFR.

Elsa Merle

Professeur à l'Institut Polytechnique de Grenoble. Recherches en physique des réacteurs (IN2P3-CNRS) dans le laboratoire de Physique Subatomique et de Cosmologie de Grenoble sur la conception, l'optimisation et l'analyse de sûreté de réacteurs nucléaires et principalement de réacteurs à sels fondus (RSF).

Axel Laureau

Chercheur à l'IN2P3 du CNRS. Spécialiste de la modélisation multiphysique appliquée à différents types de réacteurs. Développe des modèles physiques innovants et des codes simulant des réacteurs en 3D pour l'étude de leur fonctionnement et de leur sûreté.

Michel Derdevet

HEC, DEA de droit public. Ancien DGA aux affaires communautaires d’EDF, ancien directeur des affaires publiques et de la communication de RTE et ancien secrétaire général d’Enedis. Président de Confrontations Europe.

David Briggs

École Supérieure de l'Énergie et des Matériaux 96, London Business School, INSEAD, DG Steam Turbines chez Alstom Power, DG Services Europe & Asie Pacifique chez Alstom Transport, Group VP Marketing & Sales chez ABB, Lean Leader GE Healthcare.

Comité d'orientation stratégique

Henri Berestycki

Mathématicien, professeur à l'École Normale Supérieure et l'École Polytechnique de 1987 à 1999. Ancien co-directeur du Stevanovich Center of Financial Mathematics de Chicago. Chercheur et ancien directeur du Centre d'analyse et de mathématiques sociales (CAMS) depuis 2001.

Niagalé Bagayoko

Docteur en sciences politiques. Diplômée de l’Institut Politique de Paris, distinguée par le prix de la meilleure thèse par l’IHEDN, “spécialiste des questions de gouvernance démocratique de la sécurité en Afrique francophone et présidente de l'African Security Sector Network”.

Patrick Mathieu

ESCP, inventeur de la théorie de la singularité, conseil en stratégie et transformation des entreprises, expert en positionnement de marques. Il sécurise les entreprises dans leur engagement grâce aux fondements invariants de leur singularité.

Nathalie Brion

Sciences politiques et sociologue. Fondatrice de Tendances, spécialiste des affaires publiques et réputationnelles.

Bruno Maurice-Cacciaguerra

Bruno Maurice-Cacciaguerra

Général de Corps Aérien (2S). Ancien conseiller du gouvernement dans le cadre de la montée en puissance de l'Agence de l’Innovation Défense (AID) et officier général chargé de la transformation digitale des armées (OGTDA) auprès du chef d'état-major des armées.

Une innovation de rupture

Naarea apporte une électricité propre à ceux qui en sont privés en agrégeant trois innovations :

1ère innovation : le XSMR / XAMR

Ce que permet la très petite taille (XSMR / XAMR)

  • Une autonomie jusqu’à 10 ans sans raccordement au réseau
  • Coller au plus près des besoins des gros consommateurs d’énergie (territoires et industriels)
  • Une réponse à la précarité énergétique et aux besoins des territoires
  • Une empreinte au sol très limitée, conjuguée à un profil de sécurité intrinsèque impacte les coûts d’acquisition
  • La suppression d’interfaces mécaniques, de soudures et d’étanchéités par intégration directe
  • L’emploi de matériaux innovants et de méthodologies constructives disruptives (additives)
  • Des coûts d’exploitation très faibles grâce aux vertus du nucléaire

2ème innovation : le réacteur à sels fondus (RSF)

Pourquoi ce choix technologique ?

  • Un profil de sécurité inhérent (passive) le plus élevé possible
  • Une grande autonomie
  • Une grande réactivité aux variations de puissance
  • De très haute efficacité et efficience
  • La possibilité de pouvoir accepter des combustibles hybrides et notamment des matières radioactives disponibles
  • La simplicité de fonctionnement
  • L’économie d’une technologie vertueuse, les dépenses d’investissement étant fonction du profil de sécurité inhérente

3ème innovation : un combustible issu des déchets industriels

  • Recyclage de grandes quantités de matières radioactives issuent de combustibles usagés permettant l’amélioration de la fermeture du cycle du combustible
  • L’utilisation de matière disponible réduit la pression sur l’extraction des ressources naturelles

La technologie unique et révolutionnaire de Naarea permet :

  • L’apport d’une énergie motrice des 17 objectifs de développement durable
  • La fin du prélèvement des ressources naturelles grâce à l’utilisation d’un combustible issu des matières radioactives usagées
  • Le nettoyage de la planète de ses déchets de longue vie
  • Une sécurité intrinsèque démultipliée grâce à un réacteur à sels fondus de très petite taille réduisant l’ensemble des risques conventionnels
  • Une solution structurante apportant l’indépendance énergétique pour les collectivités et les territoires

Une innovation éclairée

Naarea agit sans compromis pour répondre à l’impasse énergétique à laquelle le monde fait face du fait de la croissance exponentielle de la demande électrique, principale cause du dérèglement climatique, qui intensifie les risques de black-out et les pénuries énergétiques.

Trois critères posés par le Conseil Mondial de l’Énergie (trilemme) :

  • Sûre, pour la souveraineté des territoires et des Nations
  • Économique et compétitive, pour soutenir la croissance économique
  • Propre, pour lutter contre le dérèglement climatique

Les solutions apportées jusqu’ici ne sont pas satisfaisantes.

  • Le groupe électrogène est très producteur de CO2 et de microparticules. D’un coût prohibitif, d’une autonomie très limitée, avec une forte dépendance au ravitaillement, une emprise au sol importante, une maintenance lourde, une durée de vie limitée, c’est une solution temporaire pratique, non structurante mais dynamique faute d’alternative
  • Les énergies renouvelables massifiées : leur intermittence est leur talon d’achille ce qui les rend trop dépendantes des énergies fossiles.

En se positionnant sur un XSMR / XAMR à sels fondus, Naarea apporte une solution disruptive et pertinente en produisant une énergie qui :

  • Protège le renouvellement des ressources naturelles
  • Rétablit les équilibres de la biodiversité de notre planète
  • Réduit le niveau des pollutions à court comme à très long terme
  • Assure le complément indispensable aux énergies éolienne et solaire intermittentes
  • Garantit la souveraineté et la sécurité énergétique

Face à ces enjeux, l’innovation énergétique est vitale.

Conscient de son extrême responsabilité, Naarea confie cette mutation aux collectivités en considérant le vivant comme partie prenante et contribue ainsi au développement d’une écologie citoyenne et stimulante.

Naarea se montre exemplaire dans sa propre organisation en se dotant d’une raison d’être, d’engagements précis et de partenaires mondialement reconnus.

Naarea est la réponse compétitive et sûre aux besoins d’innovations énergétiques